Gallimard, le film

Documentaire signé William Karel et produit par Arte, « Gallimard, le roi lire »

à voir sur :  http://videos.arte.tv/fr/videos/gallimard_le_roi_lire-3773786.html

Ce film évoque en 94 minutes l’histoire de Gallimard à travers des photos et des films d’archives certains connus, d’autres moins. On y voit par exemple Gaston Gallimard avec à son bras Yvonne sa première épouse dont Jacques Rivière, l’un de collaborateurs de l’éditeur, tomba amoureux. Il en tirera un roman intitulé Aimée. On y voit également Camus mimant les gestes d’un toréador, on voit Céline entouré de ses chiens vitupérant contre Gaston qui ne lui donne pas assez d’argent ou encore Albert Cohen lisant un extrait de sa Belle du Seigneur. La première demi-heure raconte les débuts de la maison Gallimard à grands traits, traversés par Gide et Jean Schlumberger, des débuts mêlés de près à l’histoire littéraire du début du XX e siècle mais aussi à la grande Histoire. On voit ainsi défiler les visages de Charles Péguy ou encore Alain-Fournier et des images du front avec une voix off lisant l’une des plus célèbres lettres d’Apollinaire à Lou dans laquelle il lui écrit : « tes seins sont les seuls obus que j’aime ».

On revisite également histoire des ratages comme Proust refusé d’abord par Gide puis repiqué à Grasset pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs pour lequel il obtiendra le prix Goncourt 1919. De même Céline d’abord refusé par Gallimard avant d’y entrer à son tour, Gracq récupéré en pléiade.

On arrive ensuite à l’une des périodes les plus mystérieuses et les plus complexes de l’histoire de Gallimard:l’Occupation qui bouleverse d’ailleurs tout le monde littéraire. Pour préserver sa maison, Gaston Gallimard nomma Drieu la Rochelle à la tête de la NRF,celui-ci étant assez proche des autorités allemandes pour assurer la continuité des activités de la maison.

Après la Libération la maison n’est guère inquiétée grâce à l’appui d’écrivains de la NRF qui avaient choisi la Résistance.

Une fois cette période passée le documentaire présente surtout une suite d’écrivains avec toujours de très belles citations, d’extraits de films et d’images : on croise Romain Gary, Hemingway et Faulkner ou encore Borges, Michel Tournier et André Breton avec la lecture d’une petite lettre qu’il écrit à sa fille, Marguerite Yourcenar marchant dans son jardin, Marguerite Duras pique-niquant à côté de Robert Antelme, son mari qui racontera son expérience des camps de concentration, Nabokov chassant les papillons, Camus recevant le Nobel et un extrait lu de la lettre reconnaissante adressée à son instituteur.

Un spectateur néophyte supposera il s’agit d’écrivains publiés chez Gallimard mais on est un peu surpris par cette suite d’auteurs  parlant de ce qu’est l’écriture, la place de l’écrivain, évoquant la mort avec une sorte de liste des suicidés : Gary, Drieu Rochelle, Hemingway, Montherlant, Pavese. Autant d’extraits d’œuvres ou d’interviews magnifiques mais qui n’ont plus rien à voir avec l’histoire de la maison d’édition proprement dite. Il se trouve cependant au milieu de tout cela une évocation d’Harry Potter, la poule aux œufs d’or de la maison depuis des années, et les commentaires de spécialistes ou auteurs de la maison tels que Pierre Assouline, biographique de Gaston Gallimard, de Philippe Sollers, Roger Grenier, Daniel Pennac, Le Clézio ou encore Modiano, Alban Cerisier, gardien des archives et Antoine et Isabelle Gallimard.

On regrette de ne pas savoir la suite de l’histoire de Gallimard après 1945 avec la suite du règne de Jean Paulhan, la présence de Roger Nimier qui marqua également la maison de la rue Sébastien Bottin, la création de la revue l’Infini, de la pléiade, de la Série noire, la naissance du livre de poche ou encore le développement de secteurs comme celui de la jeunesse. Sans oublier les grands succès liés aux prix littéraires. Cela m’a donné l’impression étrange que la maison n’avait plus d’histoire après 1945… Ou bien que personne n’a réussi à faire le choix entre l’évocation précise de la maison et la succession prestigieuse d’écrivains français et étrangers dont le point commun est d’avoir été publiés sous le logo de la NRF.

À la fin de ce « Gallimard, le roi lire », il est indiqué en effet qu’en raison de la riche matière le film a dû être coupé.

Au fond il aurait fallu deux documentaires. Car il est dommage que histoire  de la maison ne soit pas développée de manière plus précise avec des dates, des repères, la présentation des grandes figures de cette maison qui travaillèrent auprès des Gallimard, des explications sur la naissance de quelques grands textes. En somme, comment d’un comptoir on passe à un empire.

Mais il aurait été dommage également de ne pas parler de tous ces grands noms qui depuis 100 ans ont fait l’histoire de la littérature française et internationale.

Cela dit le documentaire mérite amplement d’être visionné et écouté ne serait-ce que par les nombreuses citations de lettres ou d’extraits de textes, romans, récits autobiographiques. On aurait simplement aimé davantage de pédagogie car le téléspectateur curieux mais connaissant peu la littérature manquera sans doute de repères. On reste un petit peu entre gens de lettres et c’est regrettable tant la littérature signée de beaucoup d’écrivains publiés chez Gallimard parle à tout le monde, même au plus humble des lecteurs  ignorant tout de la petite cuisine éditoriale (en art comme dans toutes les autres activités humaines le grand côtoie le petit, le généreux, le mesquin, l’admiration, la jalousie.)

En conclusion si ce film ne nous renseigne pas tout à fait sur la maison Gallimard, il nous donne en tout cas envie de lire…

Cet article, publié dans Ecrivains, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s