Je Rends Heureux en quelques mots

937728721_LRécemment, un livre m’a rappelé ma jeunesse : Un jeune mort d’autrefois, tombeau de Jean-René Huguenin de Jérôme Michel. En fait, j’avais déjà pensé à Huguenin il y a quelques mois lorsque j’avais écrit sur les hussards. Huguenin n’est pas un hussard mais il fait partie de la même famille littéraire.

J’ai découvert Huguenin il y a un peu plus de dix ans. Un peu par hasard, je crois. J’avais à peu près l’âge auquel il est mort…  ce qui est toujours troublant. On se sent comme un survivant. Je ne lui suivais pas sur tout, bien sûr, certaines de ses obsessions, de ses interrogations m’étaient un peu étrangères, notamment ce qui tournait autour des femmes sur lesquelles il pose un regard à la fois dur, parfois misogyne mais aussi séduit. Mais j’étais fascinée par ce jeune homme, séduite par ce visage angélique et son intelligence puissante. J’aimais aussi son caractère solitaire, son intransigeance avec ce monde littéraire qui préférait les combines à l’écriture. Je ne m’étonne pas que les rapports avec les ambitieux Philippe Sollers et Jean-Edern Hallier aient été tendus.

Jérôme Michel a découvert Huguenin adolescent. Il écrit sur lui avec la distance que lui donne la maturité tout en gardant l’élan enthousiaste de ses 16 ans. Je crois que si je devais écrire sur lui, je serais dans la même disposition d’esprit. Quand je lisais Huguenin, je ne pensais pas à demain. J’étais dans l’instant, dans l’expérience, dans une sorte de douce irresponsabilité des choses même si je jetais parfois un regard grave sur les choses. Je devais sentir la vie me brûler par moi-même. On pourra lire tout ce qu’on veut, rien ne remplace nos propres expériences. Je ne dis pas que la lecture soit inutile, au con41EK8R7W71L._traire mais elle ne tient pas lieu d’expérience. La lecture du Journal d’Huguenin par exemple m’a accompagnée et m’a aussi permis de me sentir moins seule mais elle ne remplaçait pas ma vie.

C’est cet enrichissement des lectures de jeunesse que Jérôme Michel nous fait partager. On sent bien à le lire qu’il est pris entre ses souvenirs intimes personnels d’adolescent et son souci de donner un livre sinon objectif, du moins qui puisse servir de « référence ». Mais son ouvrage n’est pas une biographie. Le mot de tombeau est bien choisi : il dit bien qu’il s’agit d’abord d’un livre d’hommage à Huguenin qui en se tuant nous a fait le cadeau de sa jeunesse éternelle.

Huguenin était un idéaliste en quête de transcendance. Que serait-il devenu ? Aurait-il fait des compromis ? Ou bien aurait-il choisi de rester seul sur un rocher en Bretagne, campant sur ses positions absolues ?  Il serait devenu père puisque sa fiancée était enceinte. Peut-être cette paternité aurait-elle changé quelque chose… peut-être pas. Bien sûr, on ne peut l’imaginer vieux, comme Radiguet, Alain-Fournier… Ce sont des points d’interrogation qui nous inspirent de regrets même si leur destin donne un sens à leur œuvre.

41RW8W1RBGL._Son unique roman, La Côte sauvage, a les beaux défauts de la jeunesse… on aimerait que tous les premiers romans soient aussi réussis. La musique de son style est troublante. Il y a dans ce livre beaucoup de choses qui ne sont pas dites comme dans les romans de Nimier. L’indicible d’Huguenin est grave, celui de Nimier désinvolte.

 

Un jeune mort d’autrefois, tombeau de Jean-René Huguenin de Jérôme Michel, éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Cet article, publié dans Critique littéraire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je Rends Heureux en quelques mots

  1. lesensables dit :

    Chère Ariane, nous avons décidément des goûts très proches! Huguenin, il y a beaucoup de poésie à songer à lui, et cela se ressent sans doute dans la façon dont nous le lisons.

    J'aime

  2. arianecharton dit :

    Merci cher Hervé. Oui vous avez raison Huguenin fait partie de ces auteurs qui inspirent des pensées poétiques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s