Balade nocturne avec Chopin et Musset

 

delacroix-chopinLe 14 novembre prochain, les notes de Frédéric Chopin et les mots d’Alfred de Musset retentiront salle Gaveau.

 

Entre autres distinctions internationales, Hélène Tysman a reçu un prix lors du très prestigieux 16e Concours International Chopin de Varsovie en 2010. Cette année-là elle enregistrait son premier disque dans lequel elle interprétait les 24 Préludes et la Sonate n° 2. Quelques années auparavant, elle avait eu le 1er Prix au Concours Européen Chopin de Darmstadt. Dans sa jeune carrière, le compositeur franco-polonais tient donc déjà beaucoup de place. Après un petit détour par l’univers de la musique de chambre de Schumann, non moins romantique, Hélène Tysman revient aujourd’hui à son premier amour avec un album comprenant notamment les Ballades.

Ces quatre compositions sont parmi mes préférées (adolescente, je rêvais de travailler la première Ballade que ma sœur m’avait jouée : j’ai acheté la partition sans me lancer et aujourd’hui sans doute est-ce trop tard).

Les Préludes et les Nocturnes sont plus souvent au programme des concerts et en disque. Pourtant, les Ballades ne sont pas moins belles et relèvent de la même inspiration et de ce mélange d’exaltation et de douceur mélancolique, Chopin passant de l’une à l’autre naturellement avec une grâce dont il a le secret. Saluons donc le choix d’Hélène Tysman qui nous offre une interprétation légère, caressante, féminine. Elle sait donner du son à chaque note de Chopin sans forcer et même les passages plus rapides et forte gardent une véritable délicatesse sous ses doigts.

Hélène Tysman, photo d'Alain Cornu

Hélène Tysman, photo d’Alain Cornu

En guise de mise en oreille de son troisième disque, Hélène Tysman jouera les Ballades salle Gaveau le 14 novembre. Si la salle était de la taille du salon de l’Arsenal (chez Nodier) ou de l’appartement de Victor Hugo, place des Vosges, on pourrait se croire revenus dans les années 1830 puisque le piano sera accompagné de la littérature. En effet, jamais plus qu’à l’époque romantique, les artistes ont entretenu un tel degré d’intimité et d’amitié. Jamais littérature, musique, beaux-arts n’ont été aussi proches et mêlés. Mais la salle Gaveau, par sa taille, aura l’avantage de permettre à plus d’happy few d’assister à cette soirée et je ne doute pas que l’ambiance aura quand même quelque chose de l’intimité d’un cénacle grâce aux œuvres interprétées.

C’est Musset qui accompagnera les Ballades de Chopin.

madail10Musset ne jouait pas de piano mais il aimait écouter sa sœur Hermine et il se lia d’amitié avec Liszt (sans parler de son amour désespéré pour Pauline Viardot et de son admiration pour la Malibran à qui il rendit hommage poétiquement). Aujourd’hui, Musset est souvent convoqué avec Chopin pour des spectacles. Mais de même qu’on privilégie souvent alors les Nocturnes, on choisit souvent de lire les Nuits ou quelques autres poèmes de Musset. Or, ce soir, Francis Huster, qui accompagnera Hélène Tysman, s’il a retenu La Nuit de décembre, la plus belle de toutes, la plus dramatique, nous fera aussi entendre le Musset dramaturge. N’est-ce pas par son théâtre si méconnu de son vivant que Musset illumine son siècle tout entier ? Un théâtre familier et adoré par Francis Huster qui a incarné Perdican, Octave et Lorenzo, la grande trinité mussetiste ! Des extraits d’On ne badine pas avec l’amour, de Lorenzaccio et des Caprices de Marianne entoureront ainsi les Ballades auxquels s’ajouteront La Nuit de décembre et un passage de La Confession d’un enfant du siècle.

Francis Huster photo Hugues Anhes

Francis Huster photo Hugues Anhes

Je ne sais pas si George Sand entrera un jour au Panthéon. Je pense que sa place est chez elle, à Nohant et non dans ce monument glacial et triste. Rendre hommage à de grandes femmes de lettres c’est les lire non les faire reposer dans le même caveau que des hommes illustres.

Mais cette « Nuit chez Musset » salle Gaveau n’existerait pas telle qu’elle sans George Sand. Chopin composa trois des quatre Ballades en Berry auprès de l’auteur d’Indiana qui prenait soin de lui. Quant à Lorenzaccio, On ne Badine pas avec l’amour et La Confession d’un enfant du siècle ils ont été écrits grâce à la liaison que Musset entretenait avec Sand.

Musset, mélancolique et ardent, Chopin, cristallin, ont vu leur génie soutenu par la même femme. Le duo que Francis Huster et Hélène Tysman vont former en cette nuit de novembre sera donc habitée à la fois par la grâce de l’art et celle de l’amour.

 

delacroix-sandInformations :

Une nuit chez Musset, 14 novembre 2013 à 20h30

Salle Gaveau

45, rue la Boétie 75008 Paris

Réservations : 01 49 53 05 07 ou http://www.sallegaveau.com/la-saison/795/huster-tysman

 

Le disque d’Hélène Tysman Chopin, Vol. 2 Ballades (label Oehms classics, distribution Abeille musique) : Ballades n°1 à n°4 – Polonaise-Fantaisie, op.61 – Barcarolle, op.60 – Nocturne, op.9 n°3 – 4 Mazurkas op. 24

http://helene-tysman.com/

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, Romantisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s