Fête de la musique avec bébé

170px-Wolfgang-amadeus-mozart_2Il y a quelques mois, à l’occasion du premier concert bébé salle Gaveau, France Musique consacrait un petit dossier à cette question : « la musique classique rend-elle les bébés plus intelligents ? » Si les dernières études ne prouvent pas la suprématie de la musique dite classique par rapport à d’autres musiques sur le développement cognitif du bébé, un accès à cette musique dès le plus jeune âge ne peut être que bénéfique. Alors que les tout-petits n’ont aucun a priori et reçoivent tout ce qu’on leur offre, la musique classique semble souvent malheureusement inaccessible à beaucoup d’adultes. Certes, il y a des œuvres difficiles, qui ne flattent pas d’emblée l’oreille, qui réclament d’avoir des connaissances pour vraiment les apprécier. Mais beaucoup d’œuvres peuvent parler à tous… finalement, la musique classique repose comme les autres musiques sur un nombre limité de notes (sept) mais avec un nombre de combinaisons et de rythmes quasi infini. Un musicien comme Mozart a eu le génie de trouver des combinaisons si parfaites qu’elles touchent à peu près tout être humain. Les bébés, qui n’ont qu’un petit nombre d’exemples de musique dans l’oreille tout en étant très réceptifs, seront sans doute naturellement plus sensibles aux mélodies de Mozart par l’harmonie qui s’en dégage qu’à des musiques plus dures.1540-1

Cette question de l’intelligence et de l’écoute musicale fait écho au livre que je lis actuellement Naître et grandir en musique consacré à la musicothérapie et l’éveil musical pour les bébés dès leur vie in utero. Je me suis plongée dans ce livre parce que j’aime la musique et suis soucieuse d’en faire écouter à mon fils depuis sa naissance (et même avant).

Naître et grandir en musique aborde donc la place et le rôle de la musique au cours des premiers mois et premières années de l’enfant mais aussi pendant la grossesse et l’accouchement. Il est divisé en dix parties découpées chacune en petites séquences. Certaines séquences sont informatives ou pratiques, par exemple sur les mouvements du fœtus en fonction de l’environnement sonore, les vertus de la musique chez les prématurés, ou encore l’haptonomie et les ateliers d’éveil sensoriel et musical. Mais l’essentiel du livre repose sur des expériences vécues, des témoignages de parents musiciens ou juste mélomanes, de sages-femmes, de professionnels de la petite-enfance ou encore de psychologues spécialisés. Autant de regards qui soulignent l’importance et la variété des manières d’accompagner le bébé en musique.

485_001Mais finissons-en déjà avec cette question de l’intelligence et de la musique que les auteurs, Jean-Marie Leau et Sophie Adriansen, traitent dès le premier chapitre. L’écoute en boucle pendant la grossesse puis dans les premiers mois de la vie de la Petite Musique de nuit par exemple ne va pas rendre l’enfant plus intelligent, plus précoce, en somme génial. Ce qui ne signifie pas que la musique soit sans bénéfice, bien au contraire. La preuve en est qu’on fait de la musique avec un bébé (et celui-ci en fait) depuis que l’homme est homme et si ce n’était pas bon, cette pratique aurait été abandonnée depuis des millénaires par simple bon sens. Ce livre, de façon tout à fait accessible apportent des éclairages d’ordre scientifique ou psychologique afin de mieux comprendre l’utilité de la musique et surtout comment on peut en tirer parti au mieux non pour faire de nos enfants des surdoués mais des êtres sensibles et bien dans leur tête… ce qui est tout de même l’une des clés du bonheur.

L’un des éléments importants de ce livre est le principe de plaisir, de bien-être lié à l’écoute. Au fond, la musique qui sera la plus bénéfique pour chaque bébé est celle que ses parents, ses poches lui font écouter parce qu’ils aiment telle ou telle musique et qu’ils ont envie de la partager avec leur jeune enfant. Je crois que le bébé est d’abord sensible à cet aspect-là : le partage, ce qu’on lui donne à écouter (comme le fait un peu plus tard, de lui faire goûter ce qu’on mange, de lui faire voir ce qu’on voit à notre hauteur, etc…). Un partage qui commence en réalité dès la vie in utero.

Ainsi-font-font-font_partitionLes auteurs reviennent sur des expériences scientifiques réalisées avec des femmes enceintes et livrent quelques témoignages de parents pour expliquer le rôle de la musique pendant la grossesse. Telle ou telle musique entendue souvent, entendue dans un moment de plaisir ou de relaxation pour la future mère sera reconnue ensuite par le bébé après sa naissance et aura un pouvoir positif sur lui (le distraire ou l’apaiser). Et apaiser un bébé n’est-elle pas l’une des tâches les plus difficiles ? Même avec un nourrisson plutôt calme, c’est l’activité essentielle des parents dans les premiers mois de la vie. Apaisement ne signifie pas silence absolu mais musique. Jean-Marie Leau et Sophie Adriansen abordent ainsi les liens entre la musique et le sommeil, le pouvoir apaisant d’une chanson rituelle, qu’elle soit diffusée par le moyen d’une boîte à musique ou mieux chantonnée par les parents. Outre le sommeil, au fils des mois, la musique, sous forme de chansons participe également au développement de la motricité. On comprend ainsi pourquoi depuis des générations une comptine comme Ainsi font, font, font ou Bateau sur l’eau, non seulement amusent les enfants, peuvent les distraire, les consoler mais aussi par les gestes qui accompagnent les paroles leur apprendre à connaître leur corps et à le faire bouger en rythme. Les vieilles berceuses et comptines ont encore de beaux jours devant elles !

10mois-bebe-musique-460x330J’ai trouvé aussi intéressant de montrer que le bébé n’est pas qu’un être passif mais aussi un individu qui avec ses moyens est activement dans la vie. Les deux auteurs traitent ainsi des « musiques » que produisent les bébés, notamment les pleurs et les cris qui évoluent au fil des mois pour aboutir à leur « entrée dans le monde de la communication orale ». Jean-Marie Leau et Sophie Adriansen abordent également le langage que les adultes et en particulier la mère adoptent naturellement pour s’adresser au tout-petit. Ce « langage bébé » expliquent les auteurs en reprenant les théories de Marie-France Castarède, psychologue clinicienne, a « six caractéristiques prosodiques » comme « l’amplification de l’accentuation » et les « nombreuses variations de la courbe mélodique ». Loin de briser la magie des premiers temps de la maternité ou de rendre ces liens humains froidement scientifiques, ces explications nous rappellent combien les instincts sont bien conçus et nous font admirer cette nature qui nous gouverne aujourd’hui tout autant qu’hier.

eveil-musicalLe livre s’achève sur l’éveil musical à proprement dit avec de nombreux conseils et pistes à explorer pour participer au développement de la sensibilité auditive de son enfant. Les auteurs parlent de musique mais aussi de sons, de fabriquer un environnement sonore varié pour son enfant. Faire travailler son oreille et lui faire découvrir le monde par les bruits qu’il produit. Et si j’ai eu aussi envie de parler ici de Naître et grandir en musique c’est parce qu’à partir de cet ouvrage pratique c’est tout notre rapport à la musique que l’on peut repenser mais aussi la place que la musique tient dans la vie de l’être humain avant même qu’il voit le jour, place qu’on peut parfois oublier justement parce que la musique, les musiques sont là presque tout le temps dans notre quotidien. Les entendre si souvent en fond sonore nous fait oublier de les écouter, de les ressentir. Faire de la musique avec un bébé, c’est donc aussi pour nous qui sommes adultes une façon de percevoir le monde sonore différemment, avec une sorte de virginité retrouvée : nous prêtons attention à des bruits que nous n’écoutions plus, nous découvrons des bruits que crée l’enfant, nous sommes attentifs à la musique que nous écoutons avec lui. Une fête de la musique quotidienne.

Naître et grandir en musique, de Jean-Marie Leau et Sophie Adriansen, éditions Télémaque

Cet article a été publié dans Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s